Le ministre tchèque des Finances, Zbynek Stanjura, a déclaré dimanche qu’il souhaitait éviter que le déficit de l’Etat en 2022 ne dépasse 330 milliards de couronnes (14,1 milliards de dollars) dans un amendement budgétaire en cours d’élaboration pour prendre en compte l’impact de la guerre en Ukraine et la flambée des prix.

La guerre en Ukraine a entraîné un ralentissement de la croissance dans ce pays d’Europe centrale, ainsi qu’une augmentation des dépenses en matière de défense et d’aide aux centaines de milliers de réfugiés. L’augmentation rapide des factures d’énergie pousse également le gouvernement à chercher des moyens d’aider les ménages et les entreprises, ce qui coûte des dizaines de milliards.

M. Stanjura devrait présenter le mois prochain un budget modifié qui, selon lui, porterait le déficit à plus de 300 milliards de couronnes, contre 280 milliards prévus.

Interrogé sur l’émission de débat dominicale de la télévision tchèque pour savoir si un déficit budgétaire d’environ 330 milliards était probable, Stanjura a répondu : « J’essaierai de faire en sorte que le déficit soit aussi bas que possible, et qu’il soit inférieur à 330 milliards ».

Après avoir pris le pouvoir en décembre, le gouvernement de centre-droit s’est engagé à réduire les déficits alimentés par les dépenses liées à la pandémie et les hausses de salaires et de pensions de l’administration précédente.